Sortir de soi pour exister

Publié le par Petite fleur du seigneur

Sortir de soi pour exister

Eternelle rengaine de l'homme prisonnier de ses chaînes qui se plaint encore, encore et encore... Pourquoi la vie est-elle aussi injuste ? J'ai bien aimé l'article que j'ai lu de mon ami Régis. il comparaît le coeur à un puits sans fonds d'o^ù l'amour émane de la source. Je ne peux m'empêcher de penser aux chants des moines de tamié "C'est dans l'obscur que Dieu descend et nous libère". Pour accéder à la plénitude du coeur, il faut oser descendre dans l'entonnoir, se laisser centrifuger, s'observer... Ce week-end, je me suis vu observer ma souffrance et ainsi me désolidariser d'elle. Elle n'est pas moi !! Elle n'est que le fruit d'un égo ou d'un attachement excessif. j'ai envie de la laisser partir...

Au fonds, la souffrance rassure car on la connait et elle nous conforte dans l'inaction, dans la fatalité. C'est certes inconscient car, à part une infime partie d'êtres dits "masochistes", personne n'aime la souffrance. Il m'a fallut de nombreux mois -que dis-je ?- de nombreuses années, avant d'arriver à cette conclusion : nous sommes des êtres divins soumis à l'altérité dû à la matière et donc à tout ce qui peut se référer au mental, à l'égo, à la perversion du coeur par le monde en souffrance. 

Il n'y a donc pour ma part, aucune autre alternative que de plonger bien profond dans le marasme de mon être afin d'en guérir et de dépoussierer mon intérieur. Le Seigneur voit ma bonne volonté et m'y aide bien. Mais qu'est ce qui m'y pousse ? Je pourrais très bien me contenter de vivre du mieux possible et jouir de cette vie sans questionnement. Mais, le monde a tant besoin de petites lumières.. tellement ! Je veux aimer et réconforter. C'est mon être profonds qui me le demande. Je sais que lorsque mon âme s'y atelle, elle le fait merveilleusement bien. Alors je veux finir de faire briller mon être.

Ce matin, je me suis fais une réflexion : chaque minute supplémentaire qui m'est offerte est une occasion d'aimer et de réconforter. Je ne gacherai plus ces minutes.

Autre réflexion de la petite fleur du Seigneur : les gens qui ont besoin viendront vers moi mais il faut aussi savoir se retirer sans retenir les êtres. Je dois être là lorsqu'il est l'heure et accepter chaque départ. C'est cela un rôle d'aidant efficace et l'humilité doit être présente et à la hauteur de la tâche qui m'est confiée. Elle doit être énorme et je dois faire attention que l'égo ne s'immisce pas dans mon action.

Je commence doucement à m'apprivoiser... C'est doux, serein et aimant... Merci Seigneur pour ce don d'amour... Puisses-t-il rejaillir sur l'univers tout entier... Amen

Divinement vôtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :