Un départ

Publié le par Petite fleur du seigneur

Un départ

J'ai donc repris ma route,

Suivant le souffle et la lumière,

D'un idéal, le vent en poupe,

Parchemin d'une femme guerrière.

Qu'importe ce qu'on peut penser de moi,

A faire des détours et des lacets,

Je crois que je suis juste à mon roi,

Qui d'amour et de grâce me revêt.

Je n'ai plus le mal de lui,

Prenant mon épée à ma ceinture,

A rêver de mes maux éblouis,

Qui en deviennent ma plus belle tessiture.

C'est difficile je dois bien l'avouer,

de rester les yeux sur l'essentiel,

Mais mon pistil sous la voûte étoilée,

Me demande de créer un arc-en-ciel.

Alors de mon pinceau fleuri,

Je rajoute quelques étoiles,

A ce tableau d'une égérie,

Naviguant sur sa toile.

Je prend donc un peu de recul,

Et je regarde l'horizon,

Je ne vois plus cette opercule,

Qui aveuglait mes sensations.

Au fonds, le ciel est pur,

Lorsqu'on éradique les scories,

d'un être en déconfiture,

Balayant dans la nuit.

Me liras-tu toi mon ancien ami ?

Ou alors tes pas sont sortis de la piste ?

Je n'en sais rien et je voudrais tomber en amnésie,

d'une époque révolu et qui demande l'armistice.

J'ai donc repris ma route,

Pas plus moche ni plus belle,

A dessiner mes étoiles sur la route,

d'un tableau qui m'émerveille.

La petite fleur du Seigneur,

épitaphe d'une mort annoncée,

d'avoir veillé bien avant l'heure,

autographe d'un bouton fané.

J'arrose à nouveau mon avatar,

d'une lumière inconnue et sublime,

J'ai bien aimé veiller si tard,

Sur la ligne d'une guerrière ultime.

Je t'aime tu sais...

et toi ?

J'espère avoir laissé une trace dans ton coeur...

Dans le cas contraire, je me serais trompée sur toute la ligne.

Divinement vôtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :