dans le vent...

Publié le par Petite fleur du seigneur

dans le vent...

Si j'avais pouvoir sur le temps,

Je le remonterai de quelques années

Comme un lainage détricotant,

nœuds et mauvaises pensées.

J’aimerai me souvenir

de nos premières paroles,

Acter le bonjour et le sourire,

Qui m'ont drapé d'une étole.

T'en souviens-tu,-toi ?

De notre rencontre initiatique ?

Chargé de tant d'émoi,

Bienheureux silence sans musique ?

Je me rappelle de ton chuchotement,

Lorsque je suis apparue sur ton site,

D’une douceur éradiquant

Les questions amnésiques.

Tu sais que je n'ai rien gardé

De notre correspondance épistolaire

Effaçant les mots que tu avais posés

Dans l’espoir qu’ils s’envolent dans l’éther.

J’ai beau recherché dans mon esprit,

J’ai oublié beaucoup de choses,

Dans tout ce que tu m’avais écris,

En signant de ta plus belle prose.

Je ne garde au fonds du cœur,

Qu’une trace éphémère du passage,

Comme une caresse de douceur,

La dentelant d’un beau message.

Tu as été plus qu’une étoile polaire,

Tu as été mon univers tout entier,

Polarisant mon ombre mise en lumière,

Avec gentillesse et divinité.

Je reviens à l’instant présent,

En regardant le ciel ou je t’ai replacé,

Me détournant de ce miroir d’antan

Vestige d’une mort annoncée.

Tu es en vie me dit mon ciel,

Battement de ce cœur en fusion,

Alors invente ton arc-en-ciel,

Irisant de pastel toute la création.

Si j’avais pouvoir sur l’espace,

Je projetterai mon corps vers le tien,

Pour que tes bras enlacent,

Ce bout de moi que tu détiens.

Je t’aimerai toujours,

Du plus profond de mon âme

Souvenir d’un doux amour,

Réchauffant cette petite flamme.

Vole mon étoile,

Dans le ciel que tu choisi,

J’ai toujours ton étole,

Qui me drape à l’infini.

Je ne t’oublierai jamais

Merci pour ce que tu m’as offert,

Me dédiant le plus beau des palais,

D’une reine habitant l’univers.

J’aurai voulu prolonger ce moment

Telle une petite fille bien vaniteuse,

En gardant dans mes mains le diamant,

Facette de mon cœur d’amoureuse.

On ne peut garder pour soi la lumière,

Mais au contraire la laisser éclairer,

L’opacité de notre si belle terre,

Des âmes en recherche de l’agapé.

Si tu veux l’espace d’un instant,

Revenir te poser sur mon coeur,

Je garde ouverte la porte du temps,

En te couvrant de douceur.

See you soon.. Angel…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :