Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le respect

Publié le par Petite fleur du seigneur

Le respect

En jouant sur le fil de la vie, j'ai découvert un drôle de sentiment... Le respect... J'ai envie de lui rendre hommage à ce vieux monsieur usé par le poids des ans. Il semble un peu poussiéreux et son message ne trouve plus beaucoup d'écho dans ce monde individualisé à outrance. Alors je suis venu à lui. Voilà ce qu'il m'a dit :

"Si tu veux inspirer le respect, commence par te respecter toi-même. La vie nous entraîne souvent dans des connectiques si complexes que l'on a tendance à vouloir de façon égotique avoir raison. Pourtant, vit au centre de ton être, un monsieur bien valeureux, calme et serein. Il a souvent du mal à se faire entendre tant les cris sont nombreux en toi. J'ai appris qu'il faut s'aimer suffisamment pour ne pas se manquer de respect, pour être fière de ses valeurs, pour ne pas se laisser rabaisser, juger ou tout simplement impliqué dans une guerre intestine qui ne laissait qu'un goût amour en ta bouche. Tu vois ce que je veux dire, n'est-ce pas ?"

En l'écoutant parler, je suis restée un peu dubitative et étonnée. il vit ma surprise.

"Si tu t'enfermes dans une situation qui te fait du mal, qui ne te convient pas alors tu te manques de respect. Si, par amour, tu préfères rester avec des personnes qui se moquent de ce que tu es et qui te donnent des leçons, alors tu te manques de respect. Tu dois avoir assez d'amour pour toi-même pour couper tout lien nocif ou négatif. Ce n'est pas manquer d'amour bien au contraire mais être dans l'amour de soi. Lorsque tu te respecteras suffisamment, tu éviteras les situations qui te conduisent à une déstabilisation de ton être. Comprends que chaque leçon n'est pas le fruit de l'univers mais aussi de l'égo des hommes. Intègres et guéris-toi petite fleur !"

Je me détourne l'espace d'un instant de ce vieux monsieur et reviens à l'instant présent. Etrange sentiment que de vouloir écrire basiquement et de recevoir encore une fois une leçon de vie. Ce vieux monsieur aurait-il raison après tout ? Mais se détourner, ne serait-ce pas faire preuve de lâcheté ?

Le vieux monsieur me sourit et de ses yeux pleins de douceurs me dit :

"Ce n'est pas de la lâcheté mais simplement de la sagesse. Regardes le feu dans la cheminée. Les flammes sont jolies et tu les aimes n'est-ce-pas ? Ce n'est pas pour autant que tu vas leur faire des câlins. L'amour n'a rien à voir avec la présence ou l'attachement."

Alors je vais continuer à observer la beauté de ces flammes vaillantes mais en évitant de m'y brûler. Le respect n'est donc que l'amour de soi qui peut rejaillir sur les autres.

Soyons comme feu de joie au soleil de la nuit. Ni disciple, ni maître... Aucun humain ne devrait se prévaloir le statut de donneur de leçon. Le seigneur nous les enseigne avec amour et délicatesse.

Divinement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

ADN

Publié le par Petite fleur du seigneur

ADN

Dans le fin fonds de l'espace, j'ai retrouvé une toute petite trace..

Celle d'un adn,perdu dans un enchevêtrement de laine.

Il a l'air aussi parfait que sa nature, et il revêt sa plus belle tessiture,

De couleur aussi varié que lumineuse,d'une pierre taillée d'une allure paresseuse.

Je le regarde perdu dans son passé, et je m'attarde à vouloir tellement le cerner.

Serais-ce encore le fruit de l'illusion que d'entendre le bruit de sa fusion ?

Celle d'un autre temps, d'une autre époque, dans un espace de relents dont je me moque ?

où alors la réalité de ce qui a été, non pas de devenir mais de laisser tisser le fil de mes pensées ?

Accoudée sur le bord de l'étoile, Les yeux plissés d'un léger voile,

Je saisie l'espace d'un instant, le germe infini du verbe naissant.

Celui qui fait pousser les fleurs, une légère pluie de mille saveurs.

Mon adn est beau dans le passé, attribuant un mémo à ma journée.

La lune sourit à son évocation, d'une égérie poudrant d'un rayon,

la nature évocatrice des stigmates, d'un temps qui crisse la douleur de l'albâtre.

Le ciel est immense au parfum de la vie, et comme une folle, je danse à l'infini,

la complainte d'un passé retrouvé, perdu dans une plainte caressant le verbe aimer.

Le scientifique a calculé son sentiment, d'une pincée électrique de condiment.

Ni trop poivré, ni trop salé, il a la saveur de l'Agapé,

Baignant dans une salinité, je le regarde ce beau bébé,

habiter encore une fois la maison de mes jours, à l'unisson de mon amour.

L'étoile polaire est le ciel de mon lie, parsemant l'air du soleil de mes nuits.

Alors je regarde cet adn naissant d'un passé en liesse, continuer à tisser la laine de princesse

Pour tricoter mon plus beau trésor, celui du verbe germer qui me dévore.

Je veux planter une nouvelle fleur dans mon royaume pour m'en pâmer de bonheur de cet atome.

Drôle de poème que d'écrire sur mon adn,

Celui d'une petite fleur du seigneur, qui se lit d'un regard de douceur.

Je suis en partance vers une nouvelle étoile, vouloir changer la transe de mon cristal.

Dévoiler avec pudeur ce que je suis, tout ça pour mon noble seigneur, l'amour de ma vie.

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

La libération

Publié le par Petite fleur du seigneur

La libération

C'est étrange... ce sentiment d'être spectatrice de son propre mental qui cherche une solution à un manque qui perdure. Je regarde d'un peu plus haut ce qui se passe en mon être et je ne devine que ce cerveau qui essaye, expérimente et se vautre lamentablement. Alors il retente encore une fois en changeant quelques données tel un immense ordinateur qui n'aurait de logique que la mienne. Lorsque je ne contracte plus cette conscience, je la regarde sans avis sur la question et je la laisse décider pour moi. Elle est libre de gonfler la voile et d'essayer sans boussole de trouver sa route. J'ai décidé de ne plus vouloir et de regarder... ne plus être dans l'action mais dans l'observation du moment... L'amour me semble si loin dans les méandres de mon être... et pourtant, je suis en paix... je me sens dans un bien être intérieur tel une mer à l'étale sans marée ascendante ou descendante... Tout est calme... pas de tempête... une nonchalance des sentiments... j'attend... que cela passe... que le vent veuille bien regonfler ma voile et que je puisse reprendre ma route au soleil couchant en devenir... Etre.... dans une prise de conscience de chaque cellule nerveuse, terminaison globulaire et frisson dermique.... Conscientisée ma matière non cérébrale mais physique. Cela est un repos pour l'âme... un sanctuaire qui n'aurait pas de limite mais un silence des pensées qui me délivrent ainsi de toute colère, de toute amertume ou tristesse. Et pourtant, au fin fond de ce sanctuaire, une petite pointe m'incite à reprendre ma route. Elle me dit "eh, je suis là.... ne soit pas fille de l'air, fille de la lune... Attend moi...".

J'écoute chanter ma voix intérieure et je lui demande une petite trêve cosmique... pouvoir reposer ces pensées du passé pour les rendre pacifistes au lieu de guerrières. L'apaisement serait-il le précurseur de ma libération ? Si seulement... mais... je n'espère pas... je suis... comme je suis... et je continue à rêver... aux jolies fleurs qui continuent à fleurir les prairies et les vertes contrées dont j'ai perdu le privilège de visiter.

Je découvre de nouveaux champs, de nouvelles fleurs aussi qui sont aussi belles que les premières. Elles ne peuvent pas occulter les autres cependant alors que j'en aurai rêver plus d'une fois. Je crois qu'en fin de compte, il ne faut pas se leurrer ni se perdre dans des rêves chimériques... Je garde donc mes rêveries littéraires qui peuplent mon imaginaire pour ensoleiller un peu cette conscience éradique qui continue encore et encore à vouloir aller mieux. Ne faudrait-il pas lui dire que quoi qu'il se passe, je suis en vie ? Envie.... de vivre.... Les légers flocons d'étoiles qui tombent des cieux donnent une atmosphère légèrement feutrée à mon ciel blanc... C'est un jour blanc... un jour où la montagne et le ciel se confondent dans une fusion terre et cieux.

La mélancolie me guette où plutôt une hibernation qui verrait le repos de mon âme. Il n'est pas de meilleur remède que le temps alors j'attends dans ce mélange cotonneux qui ne me fait plus souffrir mais qui me ramène en mon être intérieur dans un repos douillet.... Je laisse s'endormir le parfum de ces fleurs et je continue à sourire pour renaître de mes cendres.... bientôt... très bientôt... pas encore.... Je frissonne... Il fait froid...

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Une rencontre... un silence

Publié le par Petite fleur du seigneur

Une rencontre... un silence

J'ai une rencontre précieuse tous les 7 jours... Je me rends dans cet édifice sacré et je rencontre le Christ... c'est une heure dans un coeur à coeur intense et incontournable pour moi. La plupart des gens ne comprenne pas ce besoin viscéral de communion. Elle me dise qu'il n'y a nul besoin d'un lieu particulier pour ressentir l'essence divine que Dieu a planté en chacun de nous. Effectivement, je n'ai pas besoin de me trouver dans une église pour prier mais cette rencontre, ce silence intérieur se fait tous les dimanches... à chaque messe... au bout de la route... au bout de l'attente... c'est ma rencontre de la semaine... Ce matin, alors que ma voiture me ramenait chez moi, je m'en suis encore fais la réflexion. je me sens tellement plus légère et renforcée ! Cela me permet d'appréhender ma semaine différemment... de méditer sur les paroles du prêtre... et j'aime les gens que j'y rencontre là-bas.

C'est étrange la vie que de donner comme titre à cet article "une rencontre... un silence...". n'est-ce pas paradoxal ? C'est tellement plus que cela. Encore ce soir... nous avons eu les voeux de la paroisse et les vêpres. Alors qu'une femme proclamait l’exhortation apostolique du Pape François, j'ai senti une douceur m'envahir toute entière, un sourire illuminer ma face. j'étais seule sur mon banc et pourtant avec ma famille chrétienne à mes côtés.

Je pensais à ce silence intérieur et aussi à ces rencontres. j'ai de belles personnes à mes côtés et cela, c'est la réalité. Je repense à quelques personnes sur mon chemin paroissial et le fait que leur simple vue me fasse du bien et me remplisse de plaisir. C'est cela ma foi.... intérioriser mes prières pour partager ma foi. Cela peut sembler conceptuel mais pourtant, c'est un chemin unique que je vis, que je gravis quelques fois dans la douleur, dans la peine, dans les rires ou dans la joie.

J'avoue qu'en ce moment, il est plutôt dans la douleur. Je manque de souffle... je manque de quelques petites âmes qui on choisi de me bannir d'un lieu enchanteur... un lieu où je n'ai plus ma place... Une personne en particulier me manque mais je me dis... Personne ne peut commander à mon coeur de me détourner de l'amour que je ressens. Alors dans le silence, je fais une autre rencontre... et je la confie à Jésus. Il sait tellement tout de moi mon jeshua... Il sait absolument tout ce que je vis. Je me dis pourtant que cela n'a pas vraiment d'importance. Accessoirement, cela ne se voit pas de l'extérieur et j'ai le droit de garder mon jardin avec les fleurs que je souhaite. Je les caresse du regard dans mes souvenirs et j'essaye de me dire que ma plus belle rencontre est celle des cieux.

Petit texte exutoire... Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas eu besoin de cela. Je ne le trouve pas spécialement bon ni beau mais il a le mérite d'exister dans cet espace temps infini qui peuple mon esprit. Je ne cours plus après la gloire ni après la reconnaissance. "Les derniers seront les premiers" disait Jésus. Ce n'est même pas dans cette optique que je me déclare fille de la lune dans l'infini silence qui peuple mon être. Je n'ai pas eu le choix mais je suis dans l'acceptation de mes sentiments et de mon ressenti. Intimité ultime et véritable que ce petit blog qui me ressemble... qui est comme je suis... que je partage car au fonds... le jugement des uns ne serait que le reflet de leurs âmes... Alors demain, je vais, comme à mon habitude, sourire et donner un peu de bonheur autour de moi. Pour le soir, retrouver ma plus belle rencontre et mon silence intérieur. Je penserai certainement encore à cette petite âme qui s'est envolé et que je ne vois même plus dans mon ciel argenté. C'est normal... je suis fille de la lune et le soleil n'éclaire pas cette petite âme dans la nuit de ma vie... Pourtant, tous les soirs, je regarde les étoiles et je pense à elle... à cette petite âme que j'aime tant... et je me dis... où qu'elle soit... je veux qu'elle soit heureuse... Elle est si belle...

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Réflexion littéraire

Publié le par Petite fleur du seigneur

Réflexion littéraire

Pourquoi les livres et les mots m’habitent-ils autant ? Je n’arrive plus à me passer des livres, à arrêter de me perdre dans les rêves littéraires, dans les étoiles des auteurs si éclectiques pourtant. Je souris, je pleure, je vis, je suis exaltée ou triste dans ces lectures… j’existerais donc encore une fois à travers les autres ? J’aime les livres, tenir un livre, le grain du papier contre mes doigts, effleurer la matière naissance de l’arbre agonisant, me dire que chaque mot qui s’ajoute redonne la vie à l’écorce de bois et confère une joie d’avoir sacrifié sa vie naturelle pour en faire un paradis artificiel ou tout du moins existentiel. J’aimerai tant faire partie de ce monde… littéraire… Quelques inspirations divines me donnent des vocables que je trouve assez bons comme ces quelques lignes du dessus… C’est comme si mon stylo de sa pointe fine et délicate arrivait à saisir fugacement l’essence de mon âme… Vite, vite… Elle pose… Et hop… le vent a emporté les dernières lyres de mes pensées sublimes. Il ne subsiste que des mots qui s’accrochent et tentent désespérément de faire d’un vêtement de ville, une robe de mariée. J’ai vécu les marées, vu le coucher sur l’océan, parlé des oiseaux et de leur bec acéré ; j’ai côtoyé la lune, les étoiles et le verger ; j’ai caressé les rimes, les pleins et les déliés… J’ai mis un peu de gouache sur le portrait qui me suit, j’ai même sculpté les plaines d’un nouveau paysage pour toucher enfin les nuages… Mais, l’observation restait souvent surfaite, sans âme, synchronisation parfaite entre l’être et le paraître…. J’aimerai où les pales copistes ne voit qu’un crayon, leur parler de sa vie, de sa naissance lorsque la mine a pénétré le derme du bois dans une fusion être et devenir d’où naissent le chaos des étoiles…. D’où naissent les poèmes exaltés ou de simples recettes de cuisine… j’aimerai leur dire que ce crayon est le pinceau de l’écrivain et que même sans encre, un écrivain ne fera pas naufrage… Quelques fois, je me perds en balade dans mes rêves les plus fous et j’écris dans ma tête des odes à la nature, aux êtres… Ils sont magnifiques… Dignes des plus grands… Et lorsque je rentre en ma demeure… Ces pensées se sont envolées et je ne peux les réécrire… Serais-ce donc juste de les avoir fait exister l’espace d’un instant qui serait le plus important ? Je ne suis pas professionnel ni même un auteur connu, je ne suis que petite plume d’ange… Et je continuerai à tremper ma plume dans mon encrier de fortune pour y nourrir mon âme…

Partager cet article

Repost 0

Le château fort

Publié le par Petite fleur du seigneur

Le château fort

J'aurai bien voulu bâtir un château fort pour dominer le monde et protéger mon intimité. Dominer du haut de ma colline, le monde et être la reine en son royaume. je n'ai qu'une simple chaumière bien douillette qui sent bon la chaux et le feu de cheminée. J'ai compris que le dépassement ne doit être que de soi-même et surtout pas des autres. Et puis, dépasser quoi ? dépasser qui ? Se surpasser est simplement beaucoup plus vérité que la plus simple des évidences.

Alors de mes pinceaux délicats et subtiles, je tente de rajouter des couleurs à mon intérieur, d'aérer l'air qui s'y engouffre et dépurer dans un dépouillement tout relatif l'espace de mon propre royaume. Je me moque des plus grands trésors, des richesses infinis, de la beauté physique éphémère ou d'un statut social qui porterait encore une fois l'être dans un égo surdimensionné

.

Je ne suis qu'une petite fleur mais la plus belle de toute... la petite fleur du Seigneur. Alors si du bout de ma plume, je peux aller encore plus haut et dessiner de nouveaux paysages, je le ferai. Je ne dirais pas "qui m'aime me suive"... je dirais juste.... je suis comme je suis... je souris.. je vis... et quelques fois, je crie... Au silence de ma nuit.

Mais j'irai toucher les étoiles avec la lune et le soleil.

Embrasant d'un baiser de cristal, ce rideau de plume et de merveilles !

Le monde en fusion voudrait nous faire croire qu'il faut être le meilleur,

Encore cet esprit de compétition a vouloir grandir plus que les autres fleurs.

Ne serait-ce pas encore un immense leurre que de vouloir être le plus fort,

A vouloir être le meilleur parmi tous ces beaux trésors ?

Je ne veux que révéler ma beauté intérieur

et surtout m'envoler dans un immense brasier de bonheur.

Etre où ne pas être ?

paraître ou disparaître ?

Je ne mène qu'une bataille isolé

et j'irai vaille que vaille vers la plus douce sensation du verbe aimer.

Je suis en manque de moi qui fait miroir parmi les autres,

mais la lumière que j'entrevois est le frisson du verbe "nôtre".

Comprenne qui pourra sur la lyre de mes pensées...

Et advienne que pourra à savoir si cette bataille je vais gagner.

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Souviens-toi

Publié le par Petite fleur du seigneur

Souviens-toi

Qu'importe où le vent te mène, qu'importe les marées rencontrées,

Souvient toi du temps où la douceur du jour donnait aux persiennes une lueur feutrée. Souviens-toi de la chaleur des bras de ta mère te berçant et te susurrant des mots tendres et aimants.

Qu'importe si tout te semble gris et sans vie dans le voilage de ta journée,

Souviens-toi de la chaleur du soleil sur ta peau caramélisée et du chant des cigales qui habille de dentelles les demoiselles de l'été.

Qu'importe si aujourd'hui plus qu'hier te semble morne ou t'emmène dans des pensées d'hiver,

Souviens-toi du crissement des feuilles de l'automne sous tes pieds et du vent frôlant ta peau dans un frisson d'amour.

Qu'importe si les violons de la peine viennent perler des larmes sur tes joues d'égérie,

Souviens-toi des regards pleins d'étoile, des sourires et de la joie ressentie à un instant précis de ta vie.

Qu'importe la mise en scène du monde et l'illusion d'une course effrénée,

Souviens-toi de cette soirée passée sur une plage à regarder le soleil se coucher au son des vagues si paisibles;

Qu'importe les épreuves, les cris ou la violence de la pluie sur ton visage,

Souviens-toi du silence des églises, de la flûte enchantée et des contes pour enfants.

Qu'importe au fonds ce moment où tout semble figé dans un arrêt du temps qui te semblerait si long,

Souviens-toi, petite fleur... Souviens-toi de toi... de ce qui peuple tes rêves... de ce qui te donne de la joie...

Souviens-toi de toi... Et ne t'oublie jamais.

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Apprends à aimer

Publié le par Petite fleur du seigneur

Apprends à aimer

Une phrase dans le souffle du vent qui emporte avec lui dans une ronde désordonnée des milliers d'étoiles au firmament... Certains sont des météorites alors que d'autres des danseuses classiques qui caressent et déposent un délicat baiser sur les autres étoiles. Quelques clins des cieux sont si filants qu'ils ne prennent pas le temps de regarder leurs compagnons du ciel. Et pourtant, ils sont si beaux, ces compagnons de fortune...

Apprendre à aimer comme on apprendrait à rêver... N'est-ce pas déjà l'essence intime caché au fonds du coeur que ce sentiment si léger et si fluide ? Alors pourquoi, mettre une lourdeur sur notre plus beau moteur ? Perdu dans ce ciel si vaste et passionnant, quelques petites étoiles aimeraient rallumer la chaleur des autres fleurs. Cela me fait penser à ces allumeurs de réverbères qui chaque soir, prenait avec bonheur leur rôle très au sérieux.

Dans l'absolu de mes rêves relatifs, j'imaginerai une école de l'amour ou chaque bisou planterait dans le coeur de chacun un peu de poussière magique qui illuminerait le ciel tout entier... Leur dire que l'amour est un bonheur et qu'il ne faut pas en avoir peur... S'ouvrir au monde comme on s'ouvre à la vie et sentir cette pluie qui inonde "enfin" ce monde endormi. Me voilà encore à trouver des rimes sans chercher la beauté des mots. je suis incorrigible mais dans une correction des miasmes poussiéreux.

J'aimerai que mes rêves prennent corps et enveloppe ce monde d'une petite étoile polaire supplémentaire. La lune est ma boussole et je suis mon étoile.... Il faut apprendre à aimer comme on apprendrait à dessiner... Rien n'est figé et tout est possible dans cet univers qui permet l’inaccessible.

Alors, de mon souffle délicat, je te chuchote tout bas "n'ai pas peur... apprends à aimer... Ouvres ta fleur... Et laisse l'amour te posséder.

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Entend la voix

Publié le par Petite fleur du seigneur

Entend la voix

Dans un léger chuchotement, je crois entendre une petite voix qui partirait de mon coeur pour brûler mon âme.... Elle est fine et tenue. Elle est difficile à entendre dans le brouhaha constant des pensées qui s'entrechoquent dans le cerveau sollicité en permanence dans ce monde en ébullition. Et pourtant, constamment, avec courage, elle persiste et t'appelle... Elle t'appelle à rentrer dans ton monde pour entendre qu'elle est là....

Je l'ai entendu il y a de cela quelques années.... Elle était forte et claire lorsque mes prières m'emmenaient dans mon monde rien qu'à moi. Elle était puissante et provoquait un brasier ardent d'amour au coeur du coeur de mon coeur. Quelques fois, elle n'était qu'un chuchotement étouffé par l'illusion de l'accessoire ou dans la course folle que l'humain subit sans la contrer.

Il y a de temps en temps un brouillard si opaque dans nos êtres, que nous avons du mal à percevoir cette petite voix qui pourtant est toujours en nos coeurs. Alors, je garde confiance et je sais que le moment venu, elle reviendrait fort et claire pour chanter ma vie et illuminer mes étoiles.

Perception d'un bercement d'une aile d'un ange... Un soir, j’ai levé les yeux vers la lune qui de ces larges rayons semblaient bercer ses enfants les étoiles. « Ou te cache tu Seigneur dans ce ciel si grand ? »… Une petite voix m’a murmuré : « Cherche dans ton cœur, petite fleur, j’y suis si bien ».

Alors, je ferme les yeux sur ce monde d'illusion et je retourne me reposer en mon sein... Dans un endroit si immaculé et pur, qu'il semble protégé de toute intrusion extérieure. Il est mon intérieur où je peux laisser perler mon âme sur la harpe de la vie universelle et tisser une laine vierge de toute contrainte...

Depuis quelques jours, j'ai repris pied dans mon monde rien qu'à moi. j'ouvre la fenêtre sur la vie terrestre et je respire à l'encre de mon coeur. Ma source... Une petite voix s'y tient constamment... l'étincelle christique... l'étincelle de vie... loin de tout ordre établi, de tout dogme, de toute pseudo vérité... Mon étincelle... la plus belle... la plus brillante et la plus odorante...

Puisez en vous pour arriver à saisir ne serais-ce qu'un instant ce bonheur immense de n'être jamais seule, d'être aimé quoi qu'il arrive, pardonné et couvert de baisers..

Une petite voix dans chaque être.... un cadeau unique... un don précieux... aimons... Prête l'oreille à ton coeur... On t'y attend... Je te le promet... Tu n'y seras pas déçu...

Divinement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Envoles-toi

Publié le par Petite fleur du seigneur

Envoles-toi

La vie est un immense royaume sans cesse renouvelé et il a besoin de ses oiseaux pour voler. Alors envoles-toi dans ce ciel azuré et n'oublie pas que où que tu sois, je pense à toi... Où que tu sois.... où que je sois....

Envoles-toi maintenant et ne sois pas inquiet... Les étoiles sont mes lumières et la lune, ma boussole. Mon manteau est l'univers et son léger voile, mon étole...

N'ai crainte... Envoles-toi en liberté.... Aucune plainte... juste un vol en toute légèreté...

Lorsque le soir, nos pensées se rejoindront.... Je regarderai la plus brillante des étoiles... Ce sera toi... ce sera moi.... ce sera nous...

je t'aime tu sais.... parce que tu es... alors vole....

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>