Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Perception

Publié le par Petite fleur du seigneur

Perception

Dans le silence étrange du velouté des cieux,
Vit le plus beau des anges de mon cœur amoureux.
Non pas dans l'oubli abyssal d'un regard dans la nuit,
Mais plutôt d'un rêve de cristal dans son écrin de pluie.

Je l'approche , les yeux perdus dans l'universalité,
Sans peur et sans reproche que le bleu de ma diversité.
Il n'est qu'un frôlement ressenti dans mon âme en fusion,
Ou alors une caresse consenti d'un cœur à cœur à l'unisson.

Vivons le rêve plutôt que de rêver la vie,
D'une papille si brève qu'elle en deviendrait égérie.
Petite flamme si vaillante et si belle,
et qui se pâme en jouant les damoiselles.

Je n'ai rien oublié que de ses songes d'été,
Lorsque tu réchauffais mes baisers d'un amour adoré.
J'ai compris tant de choses depuis cette cassure,
De mon cœur qui nécrose ma plus belle tessiture.

Un ange doit rester au service de l'humanité,
Pour chanter la louange à la gloire de la félicité.
Alors désormais, dentelée par ma foi si féconde,
Je me contente de t'aimer pareille à la Joconde.

Un peu en retrait dans ce monde fluctuant,
Je t'aimerais à jamais toi mon étoile dans le vent.
Dans un rire cristallin qui s'envolerait dans les cieux,
Je referme mon écrin où dors mon cœur amoureux.

ce n'était encore une fois qu'une parole qui s'efface,
D'une femme aux abois qui de bonheur trépasse.
Avoir trouvé plus grand que le plus gentil des anges,
m'en trouve envahissant les nuées dans un brasier étrange.

Je souffle sur les braises de mon humilité,
Et m'en trouve bien à mon aise pour apprendre à aimer.
Semons, soyons comme les blés,
Aimons en faveur d'agapé.

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Un temps pour soi

Publié le par Petite fleur du seigneur

Juste une phrase jetée sur le papier.. Un mot, un sourire, une poignée de main, une étreinte... Juste un regard dans une empathie et dans l'amour....

Je voulais te dire.... je serais toujours là pour toi.... toujours...

Alors n'hésite pas... car je t'aime...

Je suis sa petite fleur alors que mon parfum soit le tien...

N'hésite pas... car je t'aime...

Partager cet article

Repost 0

un temps pour soi

Publié le par Petite fleur du seigneur

un temps pour soi

J'y suis... dans ce monastère cistercien bercé par le chant des moines... moi qui en attendait tant, je n'ai rien que cette démarche amoureuse d'une femme à son christ. Je demande une guérison intérieure immédiate, guérissante et infinie. Et si c'était dans l'abandon le plus total au Christ que ma rémission pourrait éclore telle une fleur au soleil du printemps ?

Je comprends enfin que le non abandon me retient non pas dans la litanie des saints mais plutôt des bruits du monde. Alors je souffle sur les braises de mon humilité et je me laisse pénétrer par sa volonté. A quoi bon seriner un psaume de supplication à celui qui sait tout de moi ? qui compte le moindre de mes cheveux et qui m'aime tant ? Je veux être dans l'abandon, dans la contemplation et plus dans la supplication. Il est temps que je dépose les armes : A LA GLOIRE DE DIEU. Il sait mieux que moi. j'écris dans le silence de la nuit pour moi. je n'ai pas envie d'écrire du beau dans le but encore une fois qu'on m'applaudisse. Il est temps désormais que je comprenne.

Mon Dieu, je m'abandonne à toi, à ton amour et que ta volonté soit faite ! Il est temps de grandir "petite fleur". Je pense à Marie, à Nath, à d'autres et ils me semblent si loin mais pourtant si proches. Je regarde l'icône de Jésus et de ses parents. Ils sont si beaux. ll est temps que je trouve le repos. je me lève à 03h45 pour les "vigiles". Bisous mon Seigneur. je t'aime...

06h15 : la nuit a été une nuit d'attente amoureuse, priante, fervente, humaine, entrecoupée de pensées filantes, d'enseignements dont la moindre leçon semble être partie au fin fonds de la galaxie. Le réveil de 03h45 m'a semblé doux et naturel. j'ai aimé ce temps de la nuit en compagnie des moines. leurs chants exercent une fascination et aide à l'introspection. je sais la chance que j'ai d'être en ce monastère et je n'en suis même pas impressionnée... comme si ma présence allait de soi en ces lieux saints. Il neige toujours et les cristaux me font penser aux anges. Je suis perdue au milieu du monde, au milieu de nul part dans une bulle de silence où rien ne peut m'atteindre.

Cependant, je me sens seule et nullement pénétrée par le souffle de l'Esprit... spectatrice de ma propre foi. Je me sens démunie comme une enfant qui voudrait offrir des fleurs à sa maman et qui se sentirait maladroite. Je ne suis pas actrice... mais observatrice. J'attendais le contraire de cette retraite avec un recadrage de mon être déphasé. je me sens comme une brebis sans son berger.

Et si encore une fois, le seigneur me renvoyait à mon propre miroir ? et si inconsciemment, je lui refusais l'accès total à mon cœur ? Je ne dois plus combattre... Je dois cultiver l'humilité et le replacer au centre de ma vie intérieure. Jésus, fils de David, je n'oublierai jamais ce soir de novembre 2011 et ce que j'ai reçu... Je n'oublierai jamais ma confirmation et ce moment hors du temps où je t'ai sentie si puissamment... où j'ai baigné l'espace de quelques secondes dans un amour infini. Je n'oublie rien Seigneur... Alors merci... et je t'aime... pardonnes-moi... je voudrais tellement me sembler digne de toi... Mais ne serais-ce pas encore mon égo qui sollicite ces pensées ? je me sens si humble et à tes pies... dans le rôle de Marie-Madeleine...

Il est 20h06 et en toute conscience, je décide, l'espace d'un instant, de fermer ce blog... qui a été créé encore une fois pour le paraître et pas pour l'essentiel... C'était encore une fois une façon de partager mon histoire, pour que les gens me voient ! J'ai juste envie de me voir... et il n'y a pas de plus beau regard que celui que le Christ me porte. j'en ai assez d'attendre et d'espérer qu'une petite étoile revienne vers moi... Alors, je tire le rideau d'une vie passée à espérer pour entrer dans le désert de Jésus... Lorsque je reviendrais... ce blog sera uniquement dédié à la poésie et à la beauté des mots...

Je terminerai par cette prière que j'ai recopié et qui se trouvait dans l'oratoire à côté de ma chambre à l'abbaye... Ce sera... mon au revoir...

Cœur à cœur avec Dieu,

Par un humble mouvement d'amour,

Ne désirant que lui seul,

en l'aimant pour lui-même.

Si tu veux, un mot..

Oubli de tout et de toi-même.

Abandonne toi à cet humble élan d'amour

Offre à Dieu cet humble élan d'amour

Offres toi comme un tout et tout entier

Pour Dieu et pour les hommes.

Tout le monde peut s'unir à Dieu

Par cette humilité amoureuse

Demeure en repos dans cette union amoureuse

Reçue de la miséricorde de Jésus

Par ton adhésion amoureuse.

C'est toi qu'il veut

Contente toi de le regarder et de le laisser faire

Ce rien, c'est tout

Par ce rien, on connaît la raison de tout

Je voudrais que tu ne cesses jamais

de t'appliquer à cet oeuvre sans aucune mesure

car elle commence en cette vie

et durera sans fin dans la vie éternelle

D'après le maître du Nuage de l'inconnaissance

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Silence

Publié le par Petite fleur du seigneur

Silence

Découvrir le silence par les mots de l'esprit dans une magnificence qui enrobe ma nuit...

Je pars en voyage intérieur dans un monastère cistercien, pour retrouver la lie des fleurs et couper tous les liens...

Pause dans ma vie loin des bruits du monde avec pour seul bruit le Seigneur qui me sonde...

Je reviendrais vous conter l'expérience que je mène... dans l'espoir de retrouver mon diadème...

Celle d'une reine parmi les anges sans tous ces liens qui m'enchaînent dans la souffrance...

Je puise à la source...

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Comme je suis (11)

Publié le par Petite fleur du seigneur

Comme je suis (11)

Hier soir, je me suis endormie en mon être plongeant dans un moment doux et serein. Je me suis imaginée contre ma propre épaule blottie contre moi même et j'y étais si bien... sans aucune pensée néfaste... immergée en ma totalité intérieure... sans rechercher d'aide extérieure. C'était si bon...

J'ai pris beaucoup de recul sur toute l'année écoulée et je la regarde avec douceur et sourire. J'ai eu de la tendresse pour cette femme que j'étais, perdue dans un monde trop grand pour elle ou une puérilité enfantine... boudeuse, pleureuse ou capricieuse... Je crois bien que.... j'ai grandi et je remercie chaque moment, chaque heure, chaque seconde perçue souvent dans la souffrance. Je sais désormais que tout était nécessaire, sans faux semblant et dans l'acceptation totale de l'illusion vécue. Lorsque l'on est plongée dans sa propre souffrance, il est difficile de pouvoir en sortir sans s'en engluer un peu plus... telle une boue visqueuse et collante. Il faut une grande force et je peux le dire... j'ai puisé cette force en moi... J'en suis si fière...

Je sais cependant que je suis la seule décisionnaire de ce que je ressens, de la manière dont je percevoir le monde qui m'entoure. J'ai ce regard clair et puissant. je retrouve ma douceur naturelle et j'ai compris que désormais, je suis seule à pouvoir évoluer et décider de mon futur. J'ai de merveilleux guides à mes côtés et l'univers m'apprend. Je ne suis cependant pas encore dans le lâcher prise intégral mais je laisse les événements se mettre en place. C'est une solution qui me convient et qui m'apaise.

J'aime tant les gens... tellement fort... mais désormais je vais les aimer pour les bonnes raisons... pour ce qu'ils sont et pas pour ce qu'ils m'apportent. La route m'ouvre une lumière nouvelle bercée par une pluie d'étoiles. Hier, j'ai découvert une petite âme qui m'a dit "nous sommes tous un peu de cette poussière d'étoiles"...C 'est si vrai... si puissant...

Mon égo est toujours là et le but n'est pas de l'éradiquer mais dans faire un ami. il doit me pousser à me dépasser et non pas à dépasser les autres. Il doit être serviteur de mon âme, un outil humain qui ne doit pas m'attirer vers l'ombre. Le printemps n'est pas loin au coeur de ma vie. j'ai entendu le chant des oiseaux. Il fait beau. Quelle bonheur d'être sans chercher à devenir. Ce matin, je discutais avec une amie sur la spiritualité. Je lui ai dis qu'au fonds, on ne pouvait en donner une définition puisque chaque chemin était unique. Et j'ai rajouté que le point central de la spiritualité était "la connaissance de soi"... Il est vrai que l'amour en est aussi l'essence.

Depuis 3 ans, j'ai tellement cherché des solutions, des pseudo avancées mystiques. Désormais, je suis comme je suis. Mon chemin n'est ni pire ni meilleur que celui des autres. Il est le mien et je tente d'en ressortir le meilleur pour moi-même. Ma foi me nourrit et je sais où il faut que j'aille pour révéler la splendeur de mon être... Que ma lumière illumine celle des autres. Je sais.. Certaines personnes pourraient voir en ces réflexions une matière égotique. Et pourtant, c'est tellement plus grand que cela... Ne voir ni petit, ni grand... ne voir que des êtres qui veulent que leur lumière se révèle au monde... Cette lumière le sauvera...

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

La conversion du coeur

Publié le par Petite fleur du seigneur

La conversion du coeur

Nous entrons en carême... Les chrétiens entament un chemin de conversion de 40 jours à la rencontre du Seigneur Jésus... J'ai été à la messe ce soir où on nous imposent les cendres sur le front "convertis toi et crois en la bonne parole !".

Cela peut paraître peut être un peu démodé pour beaucoup de personnes mais pour moi, cette année revêt une atmosphère particulière... très particulière... L'année 2014 a été super difficile pour moi oscillant entre les maladies des uns et des autres, les peines, la fatigue, l'amour du prochain et la recherche incessante que j'ai eu dans les autres.

Je viens de prendre conscience de quelque chose... Aujourd'hui, j'ai compris ce que c'était l'amour véritable... Le non attachement de l'être qui n'enlève rien à l'amour véritable. J'ai été confronté à un attachement particulière et par effet miroir, une amie de cœur s'est attachée à moi. Je me suis sentie happée, prise en étau entre mon moi véritable qui ne demandait qu'à s'envoler et l'amour que je porte aux autres, ce rôle d'aidant que je me suis donnée... 3 nuits sans sommeil et ce jour, j'ai compris... J'ai compris pour l'avoir subit ce que l'attachement peut provoquer chez l'autre, ces liens toxiques qui ne peuvent qu'apporter mal être puisqu'il y a déséquilibre fragrant... l'amour est une harmonie, un échange et pas une chaîne qui enfermerait l'être dans une prison illusoire. Et cette prise de conscience violente s'est produite chez moi ce mercredi des cendres... de l'entrée en carême...

Je me suis sentie bien petite et humble devant le seigneur ce jour et pendant la messe, je me suis laissée remplir de son amour. Je me suis aperçue que je l'avais un peu laissé de côté au profit des hommes et que je n'acceptais pas ses décisions. Comment ! Moi Claudine, Petite Fleur du Seigneur, en rébellion contre Dieu tout puissant ! Ce soir, mon égo est descendu très bas et avec beaucoup d'humilité, j'ai demandé pardon à Mon Dieu.... Je crois que ce carême qui commence va me permettre de me rapprocher de mon Père Céleste et je le remercie de m'avoir appris même si c'était douloureux. j'ai aussi compris que sans expérimenter par soi-même, on peut tourner en rond et ne pas assimiler les leçons.

Alors du bout de ma plume et du fonds de mon cœur, je te l'écris Seigneur : PARDON.

Ce week-end, je pars à l'abbaye de Tamié pour un temps intérieur d'une nuit et deux jours. Je ressens l'importance que cela va m'apporter dans mon parcours et le fait que je dois absolument me faire passer en tout premier lieu. On ne peut ouvrir son coeur aux autres lorsque l'on le ferme à soi-même. Ce jour, je suis heureuse.... fatiguée mais heureuse... sans aucune sensation de manque ou de douleur... Je pense à une petite étoile qui brille quelque part et je souris doucement. Elle est belle quand elle brille dans le ciel. De ma plume, je viens la caresser et j'aime la voir dans ce ciel d'argent. je ne souhaite pas la mettre en cage ni même lui parler... Juste la regarder et lui sourire... Elle est si belle...

Alors bercée par les paroles du Seigneur, j'entame un travail d'ascèse dans l'amour de moi et pas dans une contrainte de ce qui serait bien ou non. J'écoute mon corps... j'écoute mon amour à l'intérieur de moi... jésus y est si bien... il me l'a dit.... Alors ôtant le diadème dont m'avais paré les anges, je me mets à genoux pour m'élever... à tout jamais...

Divinement vôtre...

Partager cet article

Repost 0

Comme je suis (10)

Publié le par Petite fleur du seigneur

Comme je suis (10)

3ème nuit où mes sens restent en éveil... où le moindre bruit fait tressaillir chaque particule de mon épiderme... Je ne comprends pas ce manque de sommeil et je râle... j'engueule mes guides... je leur dis qu'ils servent à rien si on peut pas leur demander un coup de pouce... Sourire... quelle râleuse... à 2h1/2 je finis par m'endormir jusqu'à 05h15.... Il est si tôt... alors je me rendors... Le réveil sonne... oh non pas déjà... il est 06h30... je le laisse sonner deux fois... Il faut que je me lève... 07h10... Préparation en 20 mn chrono... Sourire... Je me sens pourtant vivante... merveilleusement vivante...

Je n'ai jamais été aussi à l'instant présent que ce jour... J'ai compris tant de choses... j'ai compris que j'étais la personne la plus importante du monde... et que les relations toxiques étaient à éviter.. pour pouvoir enfin s'envoler... Je me sens en mon centre... et l'expérience que je vis avec une amie me fait prendre conscience que j'ai agis exactement de la même façon qu'elle avec une autre personne... je comprends que de laisser l'univers décider est reposant, salvateur et puissant dans un lacher prise permanent... Que c'est bon... que de n'avoir besoin de personnes... que de vivre avec les gens mais en soi et surtout sans dépendance sinon celle de mon coeur...

Il était temps que je me réveille de mon amnésie, de mon long sommeil... J'apprends par l'insomnie le réveil de mon être... Je comprends aussi que mon chemin est unique et qu'il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir... Il ne s'agit pas d'imitation des êtres, certes très beaux, mais qui ne correspondent pas à mon être subtil et véritable.

Je n'ai désormais plus aucune culpabilité à vivre tel que je l'entends... à me gorger de plaisirs simples... Je ressens l'envie de me remettre à mon manuscrit... à m'occuper de moi... de mes petites envies du moment... La légèreté est de retour dans mes sens... et le sourire donne à mes cernes une allure diaphane... J'aimais tellement les gens alors le fait de couper court aux relations toxiques a été vraiment difficiles. Mais j'ai compris...

Je voulais que mon âme aille voler très très haut... mais elle est dans mon corps et dans mon expérience terrestre. Je ne sais pas où je vais évoluer... spirituellement... je sais juste une chose essentielle... La vie m'offre tout comme un cadeau... j'aime écrire et lire... J'aime les rencontres et les gens... et par dessus tout, j'aime ma foi et ce qu'elle m'apporte.... J'aime la pureté des enfants... Je lâche prise... que c'est bon... Oui... la vie est un mystère... et elle se dévoilera à moi au fur et à mesure que je tournerai les pages... Elle va donc pouvoir enfin m'apporter la joie de vivre... je ne freine plus des quatre fers... J'avance... en joie... Ce jour, je peux le dire... JE SUIS HEUREUSE ET PLEINEMENT VIVANTE... Amen

Divinement vôtre...

Partager cet article

Repost 0

Comme je suis (9)

Publié le par Petite fleur du seigneur

Comme je suis (9)

La journée est belle ; magnifique et superbe ; pleine de saveurs telle une pêche qu'on croquerait par une chaude après-midi ensoleillé. Je frôle les être... Je n'ai plus d'enseignant ni d'amour interdit. Etre sans attendre pour puiser à la source et retrouver l'odeur des fleurs. Vivre dans une sanctification permanente et se pardonner de ne pas avoir su s'aimer...

Poser et transposer mais sans supposer d'être ou non aimé. Faire pour soi et plus pour les autres dans une attente d'un hypothétique retour qui nous laisserait toujours sur la faim... peu de visites hier en ce lieu si doux et tout lisse comme un galet transparent bercé par l'océan. le bonheur habite mon intérieur... J'y suis si bien... Je reviens parmi les vivants dans un sourire transcendant... J'ai enfin compris que l'absolu nécessité était de se soigner, de m'habiter sans se demander autre chose que de s'aimer.

Mon trésor est heureux et ronronne tel un chat caressé sur sa fourrure divine. Avoir fait le choix de se chérir et de s'écouter chanter sa propre musique, sa propre tessiture. Les mots coulent ce jour entre mes doigts et déroulent la plus belle des partitions.. la mienne sans faux semblant, sans avoir besoin d'assentiments ni de corrections d'un maestro.

Cette nuit, le sommeil m'a encore quitté malgré la fatigue physique qui est la mienne. Et pourtant, je me sens si vivante ! Je ressens la vie dans mes veines tel un bouillonnement de particules d'atomes en fusion.

JE SUIS LA VIE et les pensées me redessinent dans une joie qui transmet l'espérance. Je pense aux roseaux qui plient et qui ne rompt pas et aux chants des oiseaux qui apportent la note ultime à ma chanson de reine.

Se suffire de soi-même et s'abreuver à la source... Enfin ! c'est si bon.

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Comme je suis (8)

Publié le par Petite fleur du seigneur

Comme je suis (8)

On ne peut se prévaloir d'un rôle d'aidant lorsque l'on va si mal soi-même. C'est encore une fois un miroir aux alouettes, un leurre qui ne peut que me porter préjudice. La nuit a été courte, ponctuée par la douleur de mon genoux, par une crise de toux, par des images dans ma tête, par le manque de souffle et la chaleur de la cheminée de la salle à manger. Je me sens happée, vampirisée par les autres, par ce que les gens attendent de moi. L'énergie vitale se vide de mon essence et ce matin, j'ai eu la révélation qui me manquait... Personne ne peut t'atteindre si tu es en ton centre, dans cette douce torpeur qui n'attend que ton retour. Alors, je souffle sur mon coeur endolori par les cris du monde et je lui dis que je l'aime et que je vais m'occuper de lui. J'ai décidé d'éteindre la télévision des êtres et de ne m'occuper que de moi pendant quelques temps. les amis comprendront-ils ? Au fonds, je crois qu'actuellement, c'est le cadet de mes soucis. j'écoute les gens se raconter, raconter leurs vies et je ne dis rien... complètement happée par cette vie qui défile... Je ne me raconte plus si ce n'est sur ce petit bout du net, ce petit trésor de blog ou peu d'êtres viennent s'y poser. Je ne trouve plus d'écoute dans ce monde en fusion à part ma sister de coeur, ma petite Marie d'amour. Je l'aime cette fille parce que nos échanges sont équilibrés sans fausseté, sans essayer de tirer à soit l'autre.

Cette leçon est la mienne... Celle que je dois comprendre... Cruelle expérience que d'avoir choisi de grandir... oui si cruelle mais que j'imagine si belle lorsque j'irai mieux. Actuellement, je veux juste retrouver mes sensations d'amour, le souffle du vent sur ma peau, la beauté de la fleur qui éclos et la magie dans les yeux d'enfant. je sais que mon regard est faussé actuellement pris en étau par cette leçon d'amour que je reçois.

Je n'ai plus envie de demander pardon aux êtres pour ce que je suis. je veux juste me demander pardon à moi-même de ne pas avoir su m'aimer... de ne pas arriver à voir au delà de ce mirage si désertique qu'il en serait presque irréel. Je ne suis encore que plume et pas encore colombe alors comment apprendre aux autres à voler ? C'était peut être encore une leçon d'humilité nécessaire ? qui sait...

La vie déroule son tapis en laine de verre qui irrite mon derme mais qui me vivifie de l'intérieur. Je vais tenter de rendre à mon être le moelleux qui lui convient le mieux. Il y a des moments dans la vie qu'on ne peut qu'accepter pour s'envoler. Alors humblement, j'accepte de ne pas être aussi belle que je voudrais être. J'accepte que la laine puisse faire de noeuds et ne pas être harmonieuse dans le silence des tisseuses.

Il ne faut pas voir de tristesse dans cet écrit.. juste une femme en recherche... de son être profond... de ce qu'elle est... un jour, j'arrivera à voler... je me le suis promis... pour moi... pour mon âme... Ma foi est mes ailes et mon Dieu est mon Roi... Que demander de plus que le plus beau des trésors ? Je le porte en moi... Pudiquement et inconsciemment, je tente de l'ignorer mais lorsqu'il se révélera, il ne pourra qu'être lumière...

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Comme je suis (7)

Publié le par Petite fleur du seigneur

Comme je suis (7)

Je me sens dans la peau d'un lépreux, celui dont la lecture du livre des Lévites (13, 1-2, 45-46) me parle ce jour... rideau tiré devant ma face et mise à l'écart du temps qui passe... C'est étrange tout de même cette pensée dominante qui laisse l'égo me gouverner. Je suis tellement plus que cela... tellement plus grande qu'une poignée d'hommes figée dans une institution illusoire d'un groupe en éveil. Mon corps me happe, me réclame une poignée de graines d'amour que j'aurai à planter dans chacune de mes particules. mon genou, vestige d'une claudication annoncée (claudine : claudicus : boîteux) semble étirer une douleur lancinante qui plante une flèche acérée en plein coeur. Mes yeux papillent dans un manque de minéraux que je ne fixe plus... Re sourire... me voilà à essayer de me raconter en poésie sur les maux du corps pour transposer les maux de l'âme.

Ma promenade a été vivifiante dans un croisement de quelques êtres qui me frôlent encore une fois. J'ai regardé les quelques oiseaux blancs venir se poser sur le fleuve en essayant de prendre les courants descendants de ce vent qui me fouette le visage. Mes yeux en pleurent de cet air qui vient s'engouffrer entre mes lunettes et ma vision. Il fait beau ce jour et la vie reprend ses droits. On sent poindre le printemps qui semble s'inviter gentiment sans se presser. j'ai remarqué quelques jonquilles qui ont sorti quelques germes de la terre qui entoure ma maison... Les primevères attendent leur heure et semble hésiter à sortir. Il fait encore si froid dans ma vallée alpine.

Les vacances sont arrivés et ont déversé le flot des touristes que j'imagine glisser sur les pistes enneigées. j'entendrai presque les rires, le verbe haut et le léger ronronnement des montées mécaniques. Alors je patiente dans ma vallée alpine pour que la neige se retire et que je puisse retrouver la sérénité de ma nature. j'en ai besoin. j'ai besoin d'avaler goulûment chaque brin d'herbe, chaque fleur, chaque tronc que je rêve d'enlacer. Cette nature est ma plus fidèle compagne. Elle décore ma vie d'une douceur de vivre. Elle est si simple... se laissant bercer par le souffle de l'univers.

Mais me voilà repartir dans mes rêveries alpines à défaut de marine. je suis là devant cet ordinateur et mon regard se perd par la fenêtre. mon être pourpre a pratiquement perdu toutes ses feuilles désormais mais je sens sa vie si forte et bienveillante pulser au coeur du tronc. Je perçois les battements sous son écorce marron et la sève qui commence à remonter délicatement. Oui, je rêve mais n'est-ce pas au fonds la plus belle des leçons que cette nature environnante qui restera toujours mon plus beau voyage ? ma plus belle destination ? Ma maison... la planète terre...

Etrange écriture où je ne sais jamais ce qui va en sortir... ce que mon esprit a envie de planter ou d'arroser de sa semence de vie. Je suis en manque.... de souffle.... de vitalité... et je n'ai qu'une envie... plonger dans les abysses de mon être pour en ressortir toute l'essence... réelle et lumineuse...

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>