Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Une parenthèse

Publié le par Petite fleur du seigneur

Une parenthèse

J'ai refermé la parenthèse et changé de ligne. Mon écriture, du coup, semble plus sage, plus posée, moins exaltée... peut être aussi un peu austère ?

Je fais une pause en indexant le passé avec des mémos de toutes les couleurs... le jaune pour mon soleil, le rouge pour mes émotions, le bleu pour mes rêves... Je choisi le marron pour cette nouvelle page... une couleur qui me semble neutre dans l'émotion... Elle me fait penser au bois de l'arbre et donc au crayon de papier qui de sa mine couleur cendre peut changer d'avis à tout instant... La gomme lui permet cette folie...

Ma tête s'est vidée de toutes interrogations et reste dans l'observation... Je patiente, tu patientes, elle patiente, nous patientons, vous patientez, elles patientent... Je conjugue au féminin cet état latent de mon être...

Au fonds, je suis dans une langueur où tous mes sens semblent endormis dans une sorte de mantra hypnotisant... L'étoile me manque encore... Et pourtant, pour la première fois depuis longtemps, je n'ai aucun regret de m'être éloignée d'elle... Elle me brûlait l'épiderme de mon coeur qui en devenait fusion... j'y pense ou j'y repense comme un souvenir bien loin de mon quotidien... comme un doux rêve... Ai-je rêver ? Peut être qui sait... J'ai rêvé qu'une étoile était venu effleurer mes pensées...

La vie, qu'est ce que c'est sinon une suite de décisions arbitraires ou conscientes ? Ma vie est l'action de l'écriture et du rire... C'est déjà pas si mal non ?

Lorsque la morosité ambiante m'étouffe, une image se forme dans mon esprit : l'armée de Dieu et je me trouve au milieu d'eux, de mes frères, tout à fait sereine et en paix. j'ai trouvé en mes frères et soeurs en christ un apaisement réel et une joie de vivre. Je ne retournerai pas rêver d'élévation de l'être, de l'âme, à croire que la méditation pouvait me donner une solution illusoire. Ce n'est qu'un outil et j'ai compris que mon chemin était dans la lumière de Jésus et nul part ailleurs. Alors, oui... Je crois que j'ai bien fais de refermer le voile de l'étoile polaire qui me semble à des milliers d'années lumière de mon chemin... Elle était belle... Vraiment... et je l'ai aimé... Vraiment...

Au fonds, l'écriture, qu'est ce que c'est sinon qu'une étoile en devenir... une sorte de pont entre l'âme et l'esprit ou le corps et le coeur...

Merci Seigneur de rester à mes côtés... Tu es vraiment fidèle... toujours et en tout lieu.. Et je t'aime... d'un amour absolu et réel...

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Une étoile s'est éteinte

Publié le par Petite fleur du seigneur

J'ai souvent rêvé à l'étoile polaire,

dans le creux de mon lit,

Une présence dans l'atmosphère

Réchauffant mon coeur endormi.

Hier, j'ai reçu un message de cette étoile,

Et je l'ai laissé parti vers d'autres voies lactées,

J'ai décidé de refermer le voile,

D'un astre qui me semble désormais suranné.

Je crois que je me suis trompée sur toute la ligne,

Croyant avoir trouvé un ange sur cette terre,

Ce n'était qu'un placebo pour mon cœur meurtri,

D'un pâle reflet d'une étoile voyageant sur cette sphère.

Je n'aime plus l'étoile polaire d'un amour particulier.

Je l'ai replacé dans son ciel parmi ses courtisanes,

Et je suis reparti tournant le dos à cette fausse piété,

Pour enfin regarder le soleil à l'ombre d'une croix diaphane.

Je t'aime Seigneur

d'un amour plus grand que tout

Je suis ta petite fleur,

Te suivant jusqu'au bout.

Je refuse que les abeilles viennent me butiner,

Pour me pomper mon énergie,

Je suis libre, petite fleur destinée,

A servir mes cieux éblouis.

Je suis désolée pour toi l'étoile polaire...

Un jour tu comprendras... ou non...

Mais ce sera sans moi...

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Une trace... un chemin

Publié le par Petite fleur du seigneur

Une trace... un chemin

Je suis née le 20 Mai 1971 à 14h30... jour de l'ascension où le temps semblait figé, jour férié ou la vie semblait suspendu à un fil... J'ai du poussé un léger cri en venant au monde... un cri pour étouffer les sanglots de repartir loin de chez moi. Je pesais 2kg800, petite prématurée.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu ce côté "rêveuse", nostalgique de ma demeures d'âmes. j'aimais regarder les étoiles et le scintillement des cieux. je me perdais dans ce ciel si vaste et je plongeais dans la fenêtre de mon exil terrien. Je savais... que je ne serais jamais seule mais je me sentais si loin de chez moi.

J'avais cette perception fine et intuitive... Je ressentais chaque brin d'herbe, la caresse du vent sur mon épiderme et la chaleur du soleil sur ma peau. Ce n'était jamais anodin pour moi mais plutôt un ravissement de mes sens. j'avais l'impression qu'on me faisait un signe et qu'on me consolait de cet exil.

Je me rappelle mes années d'école... J'étais seule... Je regardais les autres jouer et moi, petite fille trop sérieuse, je me promenais dans la cours de récréation en regardant du côté des adultes. j'aurai tellement aimé qu'on vienne vers moi et qu'on me porte attention...

Mais j'étais seule sur cette terre... illusion passée ou à venir... J'ai appris à lire et j'aimais ces moments qui me permettaient de m'évader l'espace d'un instant de cette terre qui m'enserrait et me retenait prisonnière...

Et je priais... oui... je priais un Dieu que je ne connaissais pas... Je lui disais que je l'aimais sans vraiment le connaître... J'ai toujours cru... sans l'ombre d'un doute... à une présence invisible, silencieuse et invitante... Cela ne m'a jamais quitté...

Un petit bout de moi posé sur le papier... ce que je suis...

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

La brûlure

Publié le par Petite fleur du seigneur

La brûlure

Et si le temps qui se dilue à chaque seconde, à chaque minute n'était qu'un immense sablier qui nous emmènerait vers le "saint graal" ? non pas en portant le fardeau d'une croix trop grande pour nous mais, tel un oignon, en enlevant chaque couche qui le protègerait ? les premières couches semblent faciles à enlever et les dernières collent à la peau tel un grand brûlé qui doit, s'il veut cicatriser, enlever les lambeaux de son ancienne peau ? On dit que ce que tu n'apprends pas dans la sagesse, la douleur te l'apprendra... Il faudrait donc changer l'objectif de l'appareil photo afin de trouver le bon angle ? la bonne lumière ? toujours en quête... de MA solution... que nous portons tous en nous... Le créateur est un farceur... Il a caché le cristal dans un endroit si profondément ancré en nous que de vouloir le trouver me semble par moment un exercice de haute voltige... j'y retourne d'ailleurs... à ma quête... de l'être en devenir...

Partager cet article

Repost 0

Un départ

Publié le par Petite fleur du seigneur

Un départ

J'ai donc repris ma route,

Suivant le souffle et la lumière,

D'un idéal, le vent en poupe,

Parchemin d'une femme guerrière.

Qu'importe ce qu'on peut penser de moi,

A faire des détours et des lacets,

Je crois que je suis juste à mon roi,

Qui d'amour et de grâce me revêt.

Je n'ai plus le mal de lui,

Prenant mon épée à ma ceinture,

A rêver de mes maux éblouis,

Qui en deviennent ma plus belle tessiture.

C'est difficile je dois bien l'avouer,

de rester les yeux sur l'essentiel,

Mais mon pistil sous la voûte étoilée,

Me demande de créer un arc-en-ciel.

Alors de mon pinceau fleuri,

Je rajoute quelques étoiles,

A ce tableau d'une égérie,

Naviguant sur sa toile.

Je prend donc un peu de recul,

Et je regarde l'horizon,

Je ne vois plus cette opercule,

Qui aveuglait mes sensations.

Au fonds, le ciel est pur,

Lorsqu'on éradique les scories,

d'un être en déconfiture,

Balayant dans la nuit.

Me liras-tu toi mon ancien ami ?

Ou alors tes pas sont sortis de la piste ?

Je n'en sais rien et je voudrais tomber en amnésie,

d'une époque révolu et qui demande l'armistice.

J'ai donc repris ma route,

Pas plus moche ni plus belle,

A dessiner mes étoiles sur la route,

d'un tableau qui m'émerveille.

La petite fleur du Seigneur,

épitaphe d'une mort annoncée,

d'avoir veillé bien avant l'heure,

autographe d'un bouton fané.

J'arrose à nouveau mon avatar,

d'une lumière inconnue et sublime,

J'ai bien aimé veiller si tard,

Sur la ligne d'une guerrière ultime.

Je t'aime tu sais...

et toi ?

J'espère avoir laissé une trace dans ton coeur...

Dans le cas contraire, je me serais trompée sur toute la ligne.

Divinement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Particule d'amours

Publié le par Petite fleur du seigneur

Particule d'amours

Dans l’obscur de mon cœur,

vit le plus grand des trésors,

Une petite graine sans peur

attendant l’éclosion de sa flore.

Elle a une patience inaltérable,

Endormie dans un nid douillet,

Et puise à la source véritable,

Le nectar d’un délicat palais.

Quelque fois, je l’entends gigoter,

Tel un oisillon qui pousserait sur sa coquille,

Je lui dis de garder courage et piété,

Et qu’elle va grandir ma petite fille.

C’est dans mon jardin intérieur,

Que je lui parle et l’encourage,

Lui disant qu’elle deviendra une belle fleur,

A aimer bien davantage.

Lorsque je ferme les yeux

au soleil de jour,

Je retrouve mes cieux,

Et le velours de son amour.

On s’amuse bien toutes les deux,

A se faire des chatouilles et des promesses,

Et c’est toujours en présence de Dieu,

Qu’on garde courage, je suis altesse.

Petite graine de mon cœur,

Qui grandit et éclaire mon avatar,

Je te sème d’un doux bonheur,

Sur le sentier du créateur et de sa gloire.

Je t’aime mon cœur…

Partager cet article

Repost 0