Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un chemin plein de mystères

Publié le par Petite fleur du seigneur

Un chemin  plein de mystères

Nous sommes le 08 mai 2017 et le séjour à Tamié me semble bien loin... un rêve éveillé où j'ai touché la paix. J'étais rentrée pleine de bonnes résolutions : de plus longs temps de prière, transmettre aux autres ma paix intérieure, etc.. mais c'était un simple voyage ; un voyage hors du temps dans une bulle énergétique ultra puissante. J'avais cette impression très forte qu'il ne pouvait pas y avoir une once de pensées négatives en ce lieu. Je n'étais soumise à aucune altérité extérieure et je me suis rapprochée de mon centre. j'ai écouté le silence ; silence bienheureux qui m'a dévoilé bien des secrets : le secret d'une vie, d'une étincelle divine. Au fur et à mesure de mon retour à ma vie de tous les jours, j'ai pu ressentir doucement les effets de ma retraite s'estomper. Et pourtant, la petite voix de mon coeur est restée pareille à la première heure ; aimante, douce et paisible. A l'abbaye, j'y ai appris les vertus du silence, de la communion intime avec le Christ. La vie m'a ramené à cela. J'ai repris mon rythme effréné entre travail, famille, catéchisme, réunion, chorale sans me préoccuper de cette petite voix qui me disait "Doucement Claudine, tu t'épuises".

La fatigue est venue et l'agacement envers les autres. C'est comme si je lisais à livre ouvert en eux. Je me suis vu pleine de jugements négatifs, ne supportant plus leur paraitre, vouloir être bons malgré eux, les piques entendues à l'église et qui m'horripilent au plus haut point.. Tellement facile de critiquer les absents.. Je ne supportais plus tout ça alors que j'avais expérimenté la pléniture et la paix. Mes vieux démons sont réapparus aussi avec cette soif d'amour. j'ai cherché à nouveau à l'extérieur alors qu'il me suffisait de me reconnecter à ma petite voix qui me disait "prends soin de toi Claudine"

Ces derniers jours, j'ai compris encore bien des choses où plutôt le Christ m'a montré en vérité. Je me disais que j'étais la brebis galeuse de la fratrie, une incomprise. Je suis à nouveau entrée dans un rôle de victime en me disant qu'ils n'avaient pas accepter mon changement, ma conversion. Je les trouvais plein de jugement et je me suis isolée toute seule et pourtant j'en souffrai. Un soir, pendant mon temps de prière, mon coeur m'a dit "tu prends le problème à l'envers Claudine car tu te focalises sur la douleur. Oui, tu as évolué spirituellement mais eux sont restés tels qu'ils étaient lorsque tes yeux étaient encore fermés au Christ. Alors accepte-le Claudine. Acceptes-les et aimes-les tels qu'ils sont". Je dois avouer que cette révélation m'a fait du bien parce que cela me permet de ne plus avoir de colère contre eux. A moi de trouver la meilleure façon de m'adapter. je rends grâce pour la guidance du Seigneur. Il est formateur et toujours par et dans l'amour.

J'ai repris une route un peu plus douce où j'essaye de prendre soin de moi. Ce matin, alors que je montais la route du Reposoir afin de me rendre à la Messe au Carmel, je ressentais à nouveau cette vertu du silence intérieur. La messe a été priante et douce. je n'ai parlé à personne.. juste quelques sourires. En repartant, j'ai emprunté un livre que les soeurs laissent à l'entrée du Carmel à titre gratuit. Le titre : Prisonnier volontaire de Claude Ducarroz. Un prêtre suisse s'est laissé enfermé dans une prison pendant deux mois parce qu'il ressentait l'appel du Christ à le faire. Il a l'u dans l'Evangile une phrase qui l'a bouleversée alors qu'il l'avait déjà entendu des centaines de fois. "J'étais en prison et vous êtes venus me voir. Tout ce que vous faites à l'un de ces plus petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous le faîtes" Pourquoi ai-je pris ce livre au Carmel ce matin ? Je pense que l'Esprit me l'a envoyé. En effet, avant de me rendre à Tamié, je m'étais faite la réflexion qu'il serait bien que j'expérimente de ne pas sortir de ma chambre pendant une journée entière afin de voir ce que cela faisait d'être en prison et ainsi voir la chance que j'avais. Je ne l'ai pas fait bien sûr prise entre les temps de prière et les repas. Et là.. Le seigneur me met ce livre entre les mains. Il m'a fait comprendre qu'il y a beaucoup de gens libres de leur mouvement dans le monde mais victime de leurs propres enfermements que ce soit la peur, la colère, la haine ou autre. Ce prêtre a rencontré certains prisonniers "libres" parce qu'heureux dans un chemin de conversion du coeur.

En redescendant du Reposoir, mon coeur était en paix parce que j'ai compris que pour avancer à la suite du Christ, il me fallait être ce que j'étais sans chercher à paraitre et surtout accorder au seigneur plus de place si je veux qu'il me guide. J'ai ensuite été nagée 30 longueurs, luxe que je ne m'étais pas permis depuis bien longtemps. Oui, le Seigneur me veut heureuse alors est-ce que je vais le faire attendre encore longtemps ? L'essentiel n'est pas ma relation avec les hommes ni même ce qu'ils pensent de moi. L'essentiel est ce chemin que le Christ me trace à sa suite. Il faut que je sois ma meilleure amie, ce que je ne suis pas actuellement. Une fois en paix, alors je pourrais aimer vraiment. Pour le moment, mon amour reste étriqué car centrée et faussée par l'égo. Je ne dois pas choisir qui aimer mais aimer comme Dieu.

C'est peut être le chemin de toute une vie qui sait ? Mais c'est un merveilleux chemin. je rends grâce à Dieu parce qu'il m'aime avec mes fragilités, mes doutes et tel le potier, avec une infinie patience s'applique à rendre mes rugosités un peu plus lisses.

Amen Seigneur. je t'aime tu sais.

Partager cet article

Repost 0